Présentation de nos Projets depuis 2009

Actions d'AsSolidAfrica07

 L’action d’ASA07 se situe principalement dans la province du Passoré, à environ 125 kilomètres de la capitale OUAGADOUGOU.

 

L'objectif des actions menées demeure l'autonomie et l'autosuffisance des bénéficiaires avec la spécificité de projets partant de demandes et besoins réels des villageois rencontrés au Burkina Faso.

  • La première action lancée par ASA07 a été le périple sponsorisé à vélo de Francis, membre fondateur d’ASA07, entre CHOMERAC et BOULMA au BURKINA FASO, soit plus de 6000 kilomètres pour collecter les 6000 euros nécessaire à la construction du premier moulin à mil à NAGSENE. Ce premier projet a suscité la créativité et l'intérêt de 2 écoles, qui se sont concrétisés pour l'association par la création d’un jardin d'école, la remise de ballons et d’échanges de correspondances. Cette prodigieuse performance est relatée dans une brochure éditée par ASA07.

La construction et l’installation le 18 janvier 2010 du premier moulin à mil marque la volonté d’ASA07 d’améliorer la condition des femmes. Il leur permet d'abandonner un travail d’un autre âge, celui de piler le mil à la main, activité longue et épuisante. Le moulin à grains leur permet de dégager du temps pour d'autres activités. Réunies en groupement, les femmes gèrent le moulin, les recettes leur permettant de payer le gas-oil et l'entretien de l’équipement. Dans un esprit d'autogestion, ce projet déborde donc amplement le simple fait de moudre du grain. Deux autres moulins suivront à BOURIA puis KIRSI en 2011.

  • Outre, les moulins à mil, ASA07 sensibilise les femmes et les enfants à la déforestation et donc au recul de la désertification, à travers l’installation de foyers améliorés, économiseurs de bois. Au Burkina Faso, 95 % de l'énergie consommée par les ménages est issue du bois de cuisson, les femmes du village vont chercher le bois indispensable à la préparation des repas à plusieurs kilomètres. En partenariat avec les parents d'élèves et les enseignants, ASA07 a installé deux cuiseurs à la cantine de l'école de NAGSENE et au collège de BOULMA. Les enfants participent à une étude de la consommation de bois avant et après. Cette échange permettra d'évaluer le bien fondé du cuiseur économe au village et de libérer du temps pour les femmes pour d’autres activités. L’achat de marmites et de seaux pour la cantine complète cette action.
  • Une campagne d’hygiène a été menée à l’école de NAGSENE grâce au don de savons et d’affichettes de la Savonnerie de Haute Provence à MANOSQUE. Avec la participation du major (infirmier rattaché au dispensaire), de notre correspondant des écoles et de notre référent dans le Passoré, les enfants ont appris l’utilité du lavage des mains, premier geste d’hygiène indispensable pour lutter contre les maladies infectieuses. L’action perdure grâce à l’installation de jarres avec robinets dans différentes écoles.

  • Une activité de maraîchage, en collaboration avec un groupement local, consistant à réintroduire le Moringa : ASA07 distribue 200 plants par an de cet arbre à usages multiples, résistant à la sécheresse, particulièrement facile à multiplier et à croissance très rapide. Des analyses nutritionnelles ont montré que les feuilles de moringa oleifera sont plus riches en vitamines, minéraux et protéines que la plupart des légumes. Cette action permet donc une reconnaissance sociale : semer, récolter, manger et gagner de l'argent pour être autonome.

  • La création d’un jardin d'école à NAGSENE est née dans la dynamique de la première action L’idée est, non seulement d’apprendre aux écoliers africains à cultiver les plantes et légumes de leurs pays, mais aussi leur permettre de se nourrir, et surtout de lutter contre la monoculture ; ce qui a été possible à travers des expériences pratiques avec des graines et des outils pour éveiller l'intérêt des enfants.

  • La construction de 2 collèges à BOULMA et KAPON en partenariat avec une association locale, l'A.D.T .(Association pour le Développement des villages du canton de Toléha): projet au long cours qui répond au besoin de prolonger l’enseignement au-delà de l’école primaire.

Carte du Canton de Toléha

Carte sommaire du canton de Toléha montrant les principales infrastructures

 écoles : petit rectangle noir et CEG : grand rectangle noir.


Deux collèges en brousse

ASA07 a été sollicité par son partenaire local, l'A.D.T .(Association pour le Développement du canton de Toléha) pour construire 2 collèges. Ce projet, étalé sur la période 2011 à 2016, est présenté sur un film réalisé par Norbert MOUIREN et produit par AsSolidAfrica07 :

« Je veux être le président du Faso», (visible sur www.youtube.com/watch?v=klZMp4TWc60).

 

Pourquoi une implication aussi importante au niveau de l’éducation à la fois au Burkina et en France ?

Antoine de SAINT EXUPERY, auteur du « Petit Prince » commentait : « si tu souhaites rassembler les hommes, apprends-leur à construire ensemble ». C’est bien là notre volonté et le sens de notre implication dans les 2 pays.

 

Ce projet « Deux collèges en brousse » répond à un réel besoin de la population. Il vise à combattre l'analphabétisme en milieu rural. En effet, les ONG présentes sur le canton ont construit des écoles primaires et par conséquent, le besoin s’est maintenant déplacé sur les collèges. L’éloignement des collèges existant pénalise beaucoup d’écoliers contraints de trouver un lieu d’hébergement et des moyens pour se nourrir, sans compter les risques importants que représente cet éloignement de la famille pour des enfants de 11/12 ans, notamment pour les filles. Outre le fait de réduire la distance domicile/collège, la construction des collèges en brousse aura pour effet de diminuer les effectifs surchargés des classes existantes.

 

C’est aussi la volonté des villageois de s’impliquer directement dans l’avenir de leurs enfants et dans le développement de leur région qui nous a convaincus.

Le projet a été lancé en 2011 avec le creusement des fondations qui ont permis la sortie de terre de deux bâtiments en 2012, un à BOULMA et l’autre à KAPON ( le projet porte sur 2 collèges).

 

Cette première réalisation, grâce à la volonté des villageois, a obtenu la reconnaissance de l’académie et une première classe a été ouverte à BOULMA en octobre 2012. Depuis les ouvertures de classes se succèdent et les premiers collégiens passent le B.E.P.C. cette année. Le projet dans sa globalité comporte, outre les 2 bâtiments abritant chacun 4 classes, des latrines, un forage, un local pour la cantine et un logement pour les enseignants. A ce jour, 5 enseignants, 1 économe et 1 surveillant, payés par l’état, sont en poste à BOULMA.

 

Ce projet se situe entièrement dans les objectifs du millénaire pour le développement (OMD) tels que définis par l’ONU (http://www.unmillenniumproject.org/goals/gti.htm#goal7). En permettant l’accès au collège à un plus grand nombre d’élèves de primaires mais aussi l’accès de plus de filles à l’enseignement secondaire et en réalisant un forage et des latrines sur chaque site, nos programmes s’intègrent parfaitement aux objectifs du millénaire pour le développement (OMD) tels que définis par les Nations Unies au moins sous 4 aspects :

  • Amélioration de l’éducation

  • Elimination des disparités entre les sexes dans l’enseignement primaire et secondaire

  • Réduire le pourcentage de la population qui n’a pas d’accès de façon durable à un approvisionnement en eau potable ni à des services d’assainissement de base.

  • Stopper la défécation à l’air libre et mettre en place les politiques adéquates sont des éléments déterminants pour un progrès constant de l’assainissement.

Du point de vue de l’éducation, notre programme s’intègre complètement aux objectifs du BURKINA FASO en matière d’éducation formelle et non formelle (Politique sectorielle de l’éducation du BURKINA FASO (PSE/BF 2014-2023).

 

Outre l’orientation vers l’éducation, l’hygiène et ses corollaires ou l’accès à l’eau qui répondent à ses objectifs, il paraît important de formuler 2 choses :

 

D’une part, la réalisation de ces infrastructures publiques permettra à de nombreux enfants et surtout aux filles de poursuivre leurs études jusqu’à la fin du 1er cycle secondaire à proximité de leur famille et en dehors des dangers liés aux déplacements.

Cela apportera beaucoup de changement dans les villages ou la majorité des résidents n’a pas été à l’école. Or, les rares villageois ruraux ayant bénéficié d’une scolarité réussissent mieux dans la réalisation de leurs projets et acquièrent ainsi une indépendance dans leur vie. En cinq ans de recrutement, 1080 élèves sont attendus. Parmi eux, 10% seraient capables de continuer des études supérieures et beaucoup d’autres en capacité de réussir un projet grâce à l’instruction ou la formation dans un lycée professionnel. Les derniers chiffres font état de 378 élèves au collège de BOULMA et 312 au collège de KAPON.

 

D’autre part, la facilité pour les filles d’accéder à l’enseignement se lie à travers l’étude des effectifs 2013 pour les 3 classes de secondaire en fonction du sexe :

 

Classe

Filles

Garçons

6ème BOULMA

59

41

5ème BOULMA

41

33

6ème KAPON

52

43

 

La scolarisation après l’école primaire a été notre préoccupation principale depuis 2011. Le projet « Deux collèges en brousse » a permis la réalisation sur chacun des deux villages concerné, BOULMA et KAPON, d’un bâtiment abritant 4 classes, des latrines, un forage, un local pour la cantine et un logement pour les enseignants.

En permettant l’accès au collège à un plus grand nombre d’élèves de primaires et notamment l’accès du plus grand nombre de filles à l’enseignement secondaire, en réalisant un forage et des latrines sur chaque site, nos programmes s’intègrent parfaitement aux objectifs du millénaire pour le développement (OMD) tels que définis par les Nations Unies au moins sous 4 aspects :

  • L’amélioration de l’éducation

  • Elimination des disparités entre les sexes dans l’enseignement primaire et secondaire

  • Action du l’eau potable

  • Action sur l’assainissement de base et arrêt de la défécation à l’air libre.

Du point de vue de l’éducation, notre programme s’intègre complètement aux objectifs du BURKINA FASO en matière d’éducation formelle et non formelle (Politique sectorielle de l’éducation du Burkina Faso (PSE/BF) 2014-2023).

Il convient de rappeler que tous les programmes entrepris ont été menés à terme dans les temps impartis grâce à la mobilisation de la population locale, nos partenaires locaux et soutiens financiers.

 

Actions en France

Dans toutes les écoles citées, nous avons eu des échanges épistolaires ainsi que des actions de sensibilisation solidaires ou à la culture africaine (bol de riz, conférences, projections de vidéos, animations, contes, marchés de Noël, concerts …).

  • ECOLES / SAINT LOUIS DE PRIVAS,  SAINT JOSEPH DE PRIVAS,  DE MASNEUF A COUX
  • SEMAINE DE SOLIDARITE INTERNATIONALE avec l'exposition

«Les correspondances entre l'Ardèche et l'Afrique s'affichent « à PRIVAS et à CHOMERAC

  • FESTIVAL IMAGES ET PAROLES D AFRIQUE A PRIVAS

  • ECOLE INTERNATIONALE DE MANOSQUE

Cross de la solidarité

Fête du Printemps

Initiation au djembé

  • LYCEE PROFESSIONNEL DES ISCLES A MANOSQUE

Nous avons entrepris (programme 2014-2017) une action avec ce lycée visant à équiper une classe de chaque collège de BOULMA et KAPON en énergie solaire photovoltaïque.

Les lycéens ont participé :

  • MEDCOP21 à Marseille
  • COP21 Marche du climat de Château Arnoux.

  • SEMAINE DE SOLIDARITE INTERNATIONALE A MANOSQUE

 

Solaire et Solidaire

Nous abordons maintenant l’équipement en énergie solaire photovoltaïque des deux collèges en coopération avec les élèves du Lycée des Iscles de MANOSQUE, Objet de cette demande

 

L’électrification en cours au collège de BOULMA a quelque peu modifié la donne initiale et il convenait de s’assurer de la pertinence de ce projet au regard de l’ADT, des enseignants et des parents d’élèves. Le village de BOULMA a bénéficié d’une infrastructure électrique et le chef a profité de cette opportunité, grâce notamment à des subventions de la BAD (Banque Africaine de Développement) et l’aide financière de l’APE (Association des Parents d’Elèves), pour amener une ligne et un compteur au collège. A ce jour, il reste encore à tirer les lignes électriques pour équiper les classes en prises et interrupteurs. Le coût de ces travaux ne dispose pas de financement à l’heure actuelle.

Deux points apparaissent néanmoins importants : D’une part, le coût de l’électricité sera à la charge de l’association des parents d’élèves (APE), déjà très sollicitée par ailleurs (tenues vestimentaires, livres, cantines, paiement des vacations etc…). D’autre part, les coupures de courant sont souvent fréquentes en brousse.

A contrario, les panneaux solaires ne présentent pas cet inconvénient, leur durée de vie est de

10 ans et, outre leur complémentarité, ils s’avèrent indispensables de part la gratuité du fonctionnement.

Cette installation devra être un modèle pour la population qui pourra constater les avantages d’une énergie gratuite et qui constitue sans conteste l’avenir de l’énergie dans un pays où le soleil est présent quasiment toute l’année. Cette installation est très attendue par l’équipe enseignante qui a décidé d’équiper la classe de 3ème en raison de heures de travail effectuées à l’école pour préparer le BEPC.